Cloud Nothings : Attack on Memory  posté le vendredi 23 mars 2012 10:12

Attack on Memory, Cloud Nothings, Dylan Baldi, Fugazi, Green Day, Kurt Cobain, Mystery Machine, No Future / No Past, noise, noisy, Pixies, Planet Of Sound, power-pop, punk noise, Sonic Youth, Steve Albini

Blog de neil :Les sons CosmoChroniques, Cloud Nothings : Attack on Memory


Aucun lien sonore ou effet de style voulu par votre serviteur avec les précédemment chroniqués Cloud Control, le hasard des sorties et des coups de cœur justifie la récente présence des "nuages" sur ce blog.
Si Cloud Control utilise avec brio l'attirail hippie, Cloud Nothings au contraire sort l'artillerie noise façon écorché vif. Après deux albums power-pop bien ficelés, le groupe a pris la bonne initiative de passer au bruit : Dylan Baldi aux commandes de cette formation s'est assuré une collaboration solide pour réaliser Attack on Memory à hauteur de ses ambitions "noisy" en sollicitant un maître du genre, Steve Albini.

Voici donc de bons exécutants de power-pop s'abandonnant au bruit canalysés par une référence incontestée en la matière. La démarche peut s'avérer opportuniste et renifler l'arnaque mais il faut reconnaître une sacrée franchise à cet album.
Les membres de Cloud Nothings viennent de Cleveland, ville en plein désastre économique où la criminalité n'a jamais été aussi forte, un environnement de décadence présent dès l'ouverture de l'album avec No Future / No Past, première salve faisant le point sur la perdition économique et sociale de leur ville mêlant frustration et désillusion. Le traitement “revival Grunge“ proche d'un Kurt dans l'interprétation de ce morceau est en totale cohérence avec le contenu. Cette logique texte / son est omniprésente sur les pistes qui vont suivre.

Après No Future / No Past plantant le décor, Cloud Nothings ose un morceau à l'énergie punk noise sur une durée de 8.52 minutes sans nous faire décrocher d'une semelle ! Ce tour de force s'explique par un enchaînement de 4 parties respectant une rythmique soutenue et un fil conducteur évident.
Si pour chaque partie on se plie au jeu de l'association de références, ce morceau peut à lui seul situer artistiquement l'album Attack on Memory. On pourrait déceler un démarrage digne du meilleur Mystery Machine enchaînant sur une musicalité et un phrasé proche d'un très bon Fugazi, passant le relais à un Sonic Youth de la première heure et concluant sur les hurlements crescendos d'un punk (métal) proche de la rupture, plus brut et rêche que le finish de Planet Of Sound des éminents Pixies. D'autres déclinaisons sont tout-à-fait valables nous empêchant en conséquence de clairement "étiqueter" Cloud Nothings à l'écoute de cet opus. Il est par contre évident qu'Attack on Memory va puiser dans le registre noise du début des 90's pour préparer sa sauce.

Débarrassée de l'image héréditaire power-pop après les deux premiers morceaux, cette livraison n'oublie pas pour autant les mélodies et propose trois respirations aux accents plus "pop" – à l'influence Green Day assumée – au centre de l'album sans perdre le rythme, laissant entrevoir une lueur d'espoir au milieu de l'abîme. Les accords dissonants viennent ensuite compléter le tableau tout en conservant une ligne mélodique minimaliste mais d'une redoutable efficacité.
La voix de Dylan Baldi à la fois âpre et lancinante en contradiction à la clarté de son timbre lui permet de passer aisément d'un registre dramatique à un ton plus enlevé, permettant de rendre ce troisième opus plus digeste et percutant sur la longueur.
Si cet album rafle aussi la mise c'est grâce à une production respectant l'immédiateté vitale à ce type de disque : le groupe a enregistré dans les conditions du live, captant l'émotion sans être perturbée par des arrangements qui auraient forcément atténués l'impact.

Un changement de direction bienvenue venant d'un groupe dont on attendait peu à la sortie d'Attack on Memory. Il faudrait voir les anciennes productions de Cloud Nothings comme un travail de préparation "mainstream" de bonne facture leur permettant de se rassurer, gagner en confiance afin de s'émanciper par la suite dans un son à la fois brut, énergique, primal et puissant qui colle parfaitement aux différents propos abordés.


Écoute intégrale de l'album Attack on Memory sur la page facebook des Sons CosmoChroniques
 

Un morceau de Cloud Nothings et la playlist des artistes chroniqués sur NeiL's MySpace

5 vidéos llustrant cet article sur la chaîne YouTube des Sons CosmoChroniques

Le site officiel du groupe

Le clip No Future / No Past  le  morceau Wasted Days à voir et écouter sur les deux précédents posts… enjoy  ;-)

partager
1 Fan

Déposez un commentaire !

(facultatif)

(facultatif)

error

Attention, les propos injurieux, racistes, etc. sont interdits sur ce site.
Si une personne porte plainte, nous utiliserons votre adresse internet (107.21.67.191) pour vous identifier.     

Aucun commentaire pour l'article:
Cloud Nothings : Attack on Memory


fermer la barre

Vous devez être connecté pour écrire un message à neil

Vous devez être connecté pour ajouter neil à vos amis

 
Créer un blog