The Low Anthem : Smart Flesh  posté le samedi 03 mars 2012 12:25

Blog de neil :Les sons CosmoChroniques, The Low Anthem : Smart Flesh

 

Après les divers bilans et autres récompenses musicales, il serait dommage de passer à côté de ceux qui œuvrent de manière plus discrète, modeste, parfois plus libre et certainement moins contraint à des "résultats" qu'ils soient artistiques ou comptables. On pourra extraire de ce vivier l'album Smart Flesh de The Low Anthem, un groupe qui parti de peu réussit au fil de leur production à nous mettre la tête dans les étoiles tout en étant capable de garder les pieds dans la boue.
 

Rien à voir avec leur musique mais c'est autour d'un jazz show organisé par une radio universitaire que les fondateurs compositeurs de The Low Anthem se sont rencontrés en 2006. Ben Knox Miller et Jeffrey Prystowsky furent rejoint un an plus tard par une ancienne employée de la NASA, Jocie Adams, qui est également compositrice et clarinettiste. Ce duo devenu trio fera 3 albums au savoir-faire toujours grandissant. Le multi-instrumentiste Mat Davidson sera juste de passage pour prêter main forte pour la production de ce quatrième album. Mike Irwin et Tyler Osborne complètent actuellement le trio d'origine.
 

Pour tenter de cerner leur musique, l'origine géographique peut donner un indice : Providence, Rhode Island, Nord-Est des États-Unis. Ce dernier opus, Smart Flesh, est né dans une manufacture abandonnée de sauces tomates… procurant à la fois le son chaleureux d'un live tout en profitant d'une ampleur sonore singulière.
Ce groupe décline la noblesse d'un folklore américain, certes source de bien des formations, mais mettant en avant une écriture simple à l'attention et au savoir-faire remarquable. Loin des stéréotypes du genre, The Low Anthem arrive à capter l'attention dans une country-folk plus introspective que démonstrative, nous proposant des variations aux sonorités méticuleuses mais toujours judicieuses. The Low Anthem développe dans Smart Flesh une fusion incroyable d'harmonies riches évoquant autant la country-folk que la musique classique sans pour autant faire l'impasse sur l'électricité.
 

Smart Flesh alterne entre intimité religieuse, hymne rassembleur, légèreté bienveillante et un espoir prenant le pas sur la mélancolie. Cet album coule comme un fleuve tranquille avec parfois quelques zones tumultueuses, n'abordant jamais l'ennui, avec un fond illuminant la forme. A l'écoute de Smart Flesh, le "redneck" incarne les plus belles valeurs du rêve américain.
 

Un album à ranger à proximité des Fleet Foxes, Bon Iver et autres Iron & Wine.



Écoute intégrale de l'album Smart Flesh par The Low Anthems sur la page facebook des Sons CosmoChroniques


Un morceau de The Low Anthem et la playlist des artistes chroniqués sur 
NeiL's MySpace

4 vidéos llustrant cet article sur 
la chaîne YouTube des Sons CosmoChroniques

Le site officiel du groupe

Le clip Boeing 737le  morceau Wire à voir et écouter sur les deux précédents posts… enjoy  ;-)

lien permanent

The Low Anthem - Clip du morceau Boeing 737  posté le samedi 03 mars 2012 12:19


Chasse en campagne écossaise pour le clip à la photographie remarquable du morceau Boeing 737 par The Low Anthem.

CosmoChronique à lire ici

lien permanent

The Low Anthem - Wire  posté le samedi 03 mars 2012 12:08


Le morceau Wire dans un registre classique dépouillé du plus bel effet.

CosmoChronique à lire ici

lien permanent

Veronica Falls : Veronica Falls  posté le vendredi 28 octobre 2011 13:41

Blog de neil :Les sons CosmoChroniques, Veronica Falls : Veronica Falls

 

Il a fallu trois singles l’année passée pour attendre avec velléité la sortie de cet album éponyme… l’ouvrage d’un groupe composé de deux filles qui dominent le chant et deux garçons relayés aux cœurs et arrangements.

Voici donc 12 titres oscillant entre garage rock, (surf) rock 60’s et tons brunis, lumières indirectes, harmonies subtiles… le tout délivré de manière spontanée et énergique, parfaite bande son de cet automne.

Veronica Falls, comme la précédente chronique de Cloud Control – dans un registre très différent – n’a pas la prétention de réinventer un genre ou de proposer un concept innovant, chez eux l’intérêt est ailleurs. 

 

Cette formation vocalement menée par Roxanne Clifford évolue dans un univers qui fera autant le bonheur des érudits de la scène indépendante du début des 90’s que les kids des années 2000 en passant par les inconditionnels d’un garage rock intemporel.

Question références, vu le parti-pris, beaucoup se bousculent au portillon. On pense à Lush dans l’interprétation éthérée du duo féminin, puis aux Pixies pour certaines constructions mélodiques et traitements de (surf) guitares aux lignes claires, Breeders dans le jeu de basse / chant. The Jesus and Mary Chain se manifeste parfois dans le traitement noisy-pop, Felt apparaît dans une trame indie-pop. Pour l’aspect plus “daté“ on a l’impression que de lointains Beach Boys se sont féminisé accélérant  leur répertoire à coup de punk rock… Malgré cette collection de noms (re)connus nous venant à l’esprit, l'album Veronica Falls évite l’écueil nostalgique du garage rock et du shoegaze.

 

La force du groupe est d’arriver dans une palette sonore volontairement limitée à assimiler d’illustres références du passé sans se cantonner aux artistes cités ci-dessus, intégrant leur touche actuelle qui mêle amertume et chants lumineux, un son à la limite du sale, brut et spontané. C’est d’ailleurs cette spontanéité qui nous frappe, effaçant du coup toutes les références revendiquées par Veronica Falls, cette attitude donne incontestablement un ton intemporel à ce premier album.

Celui-ci nous propose de la légèreté, des tensions, un brin de mélancolie sur des accords souvent dissonants, des mélodies pop imparables, un côté à la fois brouillon et lisse, une énergie toujours présente même lorsque le rythme ralentit… Ce mélange d’ingrédients efficaces produit un disque addictif, agissant comme un remontant à la “sombritude“ qui nous guette.

 

Veronica Falls arrive avec économie de moyen et sans prétention à tutoyer les sommets avec une authenticité désarmante, signant l’air de rien un grand disque, un des meilleurs de l’année !

 

 

Un morceau de Veronica Falls et la playlist des artistes chroniqués sur NeiL's MySpace


5 vidéos
 llustrant cet article sur la chaîne YouTube des Sons CosmoChroniques


Veronica Falls sur MySpace


Site officiel de Veronica Falls


Le clip Beachy Head, le  morceau Right Side of My Brain, et le clip Bad Feeling à voir et écouter sur les trois précédents posts… enjoy  ;-)

 

lien permanent

Veronica Falls - Beachy Head  posté le vendredi 28 octobre 2011 13:27


Carte postale Garage-surf ? Voici l'impeccable Beachy Head porté par les irrésistibles Veronica Falls.

Chronique de l'album dispo ici !

lien permanent
|

ouvrir la barre
fermer la barre

Vous devez être connecté pour écrire un message à neil

Vous devez être connecté pour ajouter neil à vos amis

 
Créer un blog